hier et aujourd'hui

NEULLIAC D’HIER
Le nom a beaucoup varié au cours de l’histoire. En 1062 apparaît la première mention de Nuiliac, nom d’origine gallo-romaine désignant des “terres nouvellement défrichées”. La paroisse, nous dit-on, a commencé à exister entre le VII ème et le X ème siècle. Sous l’ancien régime la paroisse faisait partie du diocèse de Quimper, diaconie de Poher. Le cartulaire de Redon inscrit Nuiliac au XI ème siècle, celui de Landevenec écrit Niuliac et en 1453, un titre des Rohan porte Neuilliac.
La commune est formée en l’an VIII (1800) de l’ancienne paroisse, moins la trêve de Kergrist. Les Celtes ont certainement occupé ce pays, mais on n’a encore signalé aucune trace de leur passage. Les romains ont laissé sur la lande des Quatres vents, non loin de Carmès, un retranchement rectangulaire, long de 72 m et large de 60 m; la hauteur moyenne des parapets est de 3 m à compter du fond des douves. Les Bretons ont certainement pénétré ce territoire dès la fin du V ème siècle et y ont imposé leur langue et leurs usages.

NEULLIAC D’AUJOURD’HUI
Neulliac compte aujourd’hui 1510 habitants au dernier recensement, et au nouvelles limites de la commune du 1er janvier 2014.  La population s’accroît régulièrement depuis 1975 où on dénombrait 1305 habitants. Sa superficie est de 3099 hectares sur une plaine riche, remembrée.
La commune présente l’intérêt majeur d’être bordée par le Blavet à l’ouest et le canal de Nantes à Brest  au sud-est. Elle possède 3 kms de canaux navigables dont une partie des célèbres étangs d’alimentation du Roz. Le bourg est situé à 7 kms au nord de Pontivy et à 7 kms au sud de Mur de Bretagne. Elle fait partie du Canton de Cléguerec et est rattachée à la Communauté de Communes de Pontivy.

Les pommes de pins d’or figuraient dans le blason des Brandonniers, anciens seigneurs de Neulliac. Les hermines représentent la Bretagne. 
La clef et l’épée sont les symboles des saints patrons de la commune  Saint-Pierre et Paul. L’ancre renversée symbolise les rivières.
Création Jean-François Binon.

Fermer le menu